Affaiblissement de D intervocalique

Affaiblissement de D intervocalique

Tout comme nous l'avons vu avec B, D entre voyelles s'est affaibli dès le roman I ; cependant le cas de D se distingue de B par une durée et une extension géographique différente.

D intervocalique primaire est devenu DZ dès le roman I

Dans tout l'espace occitan, à l'exception d'une partie du gascon, D entre voyelles s'est affaibli en DZ au cours du roman I : ügradu > gradzo « marche », « passage », « degré », ücrudo > crudzo « cru », üpeduculu > pedzolho « pou », üpĕde > pèdze « pied », üsudare > sudzare « suer », üaudire > audzire « entendre », ücredo > credzo « je crois ». Dans quelques cas, D a disparu : üvadu > vau « je vais », ücauda > coa « queue » ; ce qui peut donner des doublets en langue d'oc, comme nidu « nid » qui donne niu ou donne nidzo qui a lui même abouti à nis ; gradu « marche », ou « passage » donne grau  (voir « le Grau du roi ») ou donne gradzo qui donnera gras « marche d'un escalier » (les rues des gras dans les villes occitanes désignent les rues aménagées en escalier, exact équivalent des rues des degrés dans les villes françaises).

D intervocalique secondaire est devenu DZ

La sonorisation de T intervocalique que nous avons vu précédemment a amené une nouvelle génération de D intervocaliques, dans des mots comme vita > vida, rŏta > ròda, etc ...

Au moment où se produit cette sonorisation, l’affaiblissement de D intervocalique est terminé dans une bonne partie de la Romania occidentale, mais se poursuit sur une aire qui couvre le domaine français, arpitan, le piémontais, mais aussi une partie du domaine occitan que nous nommerons dans cet ouvrage par le terme d'occitan oriental. Sur ce point, les parlers de l’est du Velay se désolidarisent du reste du Velay où l’affaiblissement de D intervocalique s’est terminé plus tôt, avant la sonorisation.


En clair, affaiblissement de D intervocalique primaire et secondaire jusqu’à effacement complet ;
en couleur intermédiaire, affaiblissement limité à D primaire ; en noir, pas d’affaiblissement de D

Pour comprendre comment va évoluer DZ intervocalique, il nous faut reconstituer les faits dans l’ordre chronologique. Tout d’abord, au cours du roman II, avant même que ne se produise l’effacement de DZ dont nous allons parler, une grande partie du domaine occitan connaît une simplification du système phonologique qui amène amène DZ intervocalique à Z (DZ est une consonne proche de Z). Cependant, cette simplification se produit après l’effacement de E final, et une forme comme pèdze ne connaît pas cette simplification.

Une consonne est instable lorsqu’elle n’existe qu’en position faible (intervocalique) et qu’elle est inconnue en position forte (début de syllabe) ; elle est fragilisée car le système phonologique va tendre naturellement à se simplifier en éliminant toute articulation qui n’est pas soutenue par une configuration forte, l’élimination pouvant se faire par une substitution. On peut imaginer que la simplification s’opère en occitan central car la consonne DZ y est plus fragile car moins fréquente en comparaison de l’aire qui a connu l’affaiblissement de D intervocalique secondaire. On observe ainsi en Velay, que la limite des formes renforcées comme crus, pesolh, nusa, ausir correspond exactement à la limite de l’aire qui a n’a pas connu l’affaiblissement de D intervocalique secondaire. Mais, plus loin, une partie nord du domaine occitan n'a pas connu le renforcement de DZ bien qu'elle n'ait pas affaibli D secondaire.

Voyons donc maintenant les évolutions de DZ en occitan central, dont le Velay podien :

Renforcement de DZ en occitan central, Velay podien


R I

R II

R III

R IV

forme écrite

nidu « nid »

nidzo

nizo > nis

nis

nhis

nis

crudo « cru »

crudzo

cruzo > crs

crs

crs

crus

pedŭculu « pou »

pedzolho

pezolh

pezlh

pezi

pesolh

sudare « suer »

sudzare

szar

szar

shzà

susar

pĕde « pied »

pèdze

pètz

audire « entendre »

audzire

auzir

auzir

auzhí

ausir

Comme nous l'avons dit, cet occitan central n'a pas affaibli D secondaire issue de la sonorisation de T, il a donc les formes suivantes

Conservation de D secondaire en occitan central, Velay podien


R I

R II

R III

R IV

forme écrite

vita «vie»

vida

vida

vid

vid

vida

pratu « pré »

prado

prat

prat

pra

prat

feta « qui a mis bas »

feda

feda

fed

fed

feda
« brebis »

vĭtĕllu « veau »

vedèllo

vedèlh

vedèlh

vedèi

vedèlh

rŏta « roue »

ròda

ròda

ròd

ròd

ròda

seta « soie »

seda

seda

sed

sed

seda

colare « filtrer » + atore

coladore

colador

cladr

clad

colador
« filtre à lait »

pede + ata « pied »

pedzada

pezada

pezad

pezad

pesada
« trace de pas »

L'Yssingelais a ici un affaiblissement dès le roman I, suivi d'un effacement complet de la consonne.

Affaiblissement de D secondaire en occitan oriental, parler sigolénois


R I

R II

R III

R IV

forme écrite

vita «vie»

vidza

vidza

vi

vi > vy

viá

pratu « pré »

pradzo

pratz

pra > pr

pr > pro

prat

feta « qui a mis bas »

fedza

fedza

fe

fyz > fy

feá
« brebis »

vĭtĕllu « veau »

vedzèllo

vedzèl

veèl

vèl > vè

vèl

rŏta « roue »

ròdza

ròdza

rò > ro

rw

roá

seta «soie »

sedza

sedza

se

syz > sy

seá

colare « filtrer » + atore

coladzore

coladzor

colaor > clòur

clòu > clèu

colaor
« filtre à lait »

pede + ata « pied »

pedzadza

pedzadza

peaa

pyza > pya

peaa
« trace de pas »

DR intervocalique primaire et secondaire sont devenus DZR

DR secondaire est formé par la sonorisation de TR en DR. Ce DR secondaire connait également l'affaiblissement, mais la distribution de cet affaiblissement ne suit pas exactement celle de D secondaire ; il s'étend à l'ensemble du domaine occitan.

Affaiblissement de DR primaire ou secondaire en occitan , parler sigolénois


R I

R II

R III

R IV

forme écrite

quadru « carré »

cwadzro

cwadzre

caire

caire

caire
« coin »

patre « père »

padzre

padzre

paire

paire

paire

pĕtra « pierre »

pèdzra

pèdzra

pèir

pèir

pèira

ad + laterale + are

aladzrare

aladzrare

alairar

alairà > aleirà

alairar
«coucher sur le côté»

vĭtru « verre »

vedzro

vedzre

veire

veire

veire

lŭtra « loutre »

lodzra

lodzra

lir

(mot localement oublié)

loira

potere « pouvoir »

potre > podre > podzre

podzre

pire

pwèire

poire

pŭtrire « pourrir »

potrire > podrire > podzrire

podzrir

poirir > pirir > pirir

prir > prí

purir

credere « croire »

crédzere > credzre

credzre

creire

creire

creire

vedere « voir »

védzere > vedzre

vedzre

veire

veire

veire

L’évolution de DR intervocalique en IR est une caractéristique propre aux parlers occitans. On citera également maire « mère », fraire « frère », araire [1], escoire « battre au fléau », etc .. Ce phénomène de passage de DZR à IR suit de près la limite de langue (on a pare, mare, frare dès la zone forézienne), avec dans notre secteur l’exception du patois de Firminy qui n’avait pas cette caractéristique, bien qu’il soit d’identité occitane sur d’autres points. On a également paire, maire en ligure mais ce sont des emprunts à l’occitan.

On associera au même processus le cas de DZR issu de la première palatalisation.

Affaiblissement de DR formé par palatalisation de CE, CI, GE, GI en occitan, parler sigolénois


R I

R II

R III

R IV

forme écrite

facĕre « faire »

fáthere > fatre > fadre > fadzre

fadzre

faire

faire

faire

cǒcĕre « cuire »

còthere > còtre > còdre > còdzre

còdzre

còire

cwèire

còire

dicĕre « dire »

dithere > ditre > didre > didzre

didzre

diire > dire

dire

dire

placere « plaire »

pláthere > platre > pladre > pladzre

pladzre

plaire

plaire

plaire

A noter ici que le patois sigolénois ne connait pas leire pour « lire » mais uniquement legir qui est semble-t-il une forme savante introduite plus tardivement.

En catalan, DZR est devenu UR : ücredzre > creure, üvedzre > veure, üpladzre > plaure, ücòdzre > còure. Il existe également une variante de dir qui est diure.


[1] Araire est un mot occitan, l’ancien français était arère. Cet instrument de labour nous vient de l’antiquité, il a été utilisé jusqu’à très récemment en terre d’oc, mais est remplacé par la charrue depuis longtemps en terre d'oïl. Le français moderne a repris le mot occitan en le prononçant suivant la phonétique française, È pour AI.

Paja seguenta




Auteur: Didier Grange - 2014- modifié- 2016

Parler de Sainte-Sigolène

Le roman

Alphabet étendu

Quelques notions de phonétique articulatoire

Le système vocalique du roman occidental

L’accentuation romane

Sonorisation des consonnes intervocaliques sourdes

Palatalisation de C et de G devant E et I (première palatalisation)

Effacement des voyelles finales E et O

Effacement des voyelles posstoniques

Evolution de V latin

Affaiblissement de B intervocalique

Affaiblissement de D intervocalique

Affaiblissement de DH intervocalique

Affaiblissement de G intervocalique

Effacement de N instable en fin de mot

Conservation de AU primitif

La diphtongaison de È et de Ò en roman I

La diphtongaison de E et de O en roman II

Le groupe CT est devenu YT

La diphtongaison de È et de Ò en roman III

Formation de U antérieur, fermeture de O ( Ụ )

Introduction des mots savants

Disparition du système de cas

Le système vocalique sigolénois

Séparation de A antérieur et de A postérieur

La palatalisation moderne

E peut être prononcé I

Simplification des triphtongues

La prononciation proclitique

Les mots brefs

Effacement de S

Effacement de L

Effacement des consonnes finales

Consonantification des voyelles

Déplacement d'accent

Le suffixe ÈIR/ÈIRA

Le suffixe AOR devenu ÒUR

Palatalisation de GL

E devant R

L'interdiction

La négation

La restriction

L'action répétée

Les articles

Les pronoms

Les articles et pronoms démonstratifs

Les adjectifs et pronoms possessifs

Les adjectifs numéraux

Le sujet indéfini

Le présent simple

Le présent composé

Le passé simple

L'imparfait

Le futur simple

Le conditionnel

Le subjonctif

L'impératif

Conjugaison de Èsser

Conjugaison de Aver

Conjugaison de Faire


Marraire
Paraulas de tèrras occitanas
Çais sètz benvengut.
Dimècres 13 de decembre de 2017
uèit oras manca dos
A Prepaus | Mapa | Letra Marraire |