Effacement de N instable en fin de mot

Effacement de N instable en fin de mot

On désigne par N instable tout N qui était originellement entre voyelles. Une des caractéristiques que l'occitan partage avec le catalan est que ce N s'est effacé quand il est devenu final de mot : vi pour vin, fe pour fen « foin , .... Cette caractéristique ne concerne cependant qu'une partie du domaine occitan, telle qu'indiquée par la carte ci-dessous. L'écriture promue par l'Institut d'Estudis Occitans a fait le choix d'unifier les formes écrites en restituant ce N effacé, tandis que l'écriture catalane normalisée ne le note pas.

Dans notre secteur, cet effacement s’arrête à la limite de langue avec le franco-provençal ; dès le passage en forez arpitan, N est à l'opposé toujours conservé (sous la forme d'une voyelle nasale, la consonne ayant disparue plus récemment). En zone d'effacement de N instable, il peut se maintenir dans le cas où il est précédé de A : pan, man, ..., c'est en particulier une caractéristique du Vivarais. Pour ce qui est du parler sigolénois, comme pour tout le Velay, l'effacement de N instable se produit dans tous les cas.


Carte de N instable ou caduc
François Zufferey, « Histoire interne de l'occitan »

Carte de N final
Michel Bert « Rencontre de langues et francisation : l'exemple du Pilat », thèse de 2001
(9 : Saint-Romain-les-Atheux, 13 : Saint-Genest-Malifaux, 6 : Planfoy, 10 : Tarentaise, 11 : Le Bessat, 14 : Thélis, 15 : Saint-Julien, 20 : La Versanne, 25 : Bourg-Argental, 28 : Peaugres, 34 : Vanosc, 35 : Andance)

Effacement de N instable, parler sigolénois


R I

R II

R III

R IV

forme écrite

caminu « chemin »

tshamino

tshamí

tshamí

tsamí

chamin

vinu « vin »

bzino

vi

vi

vi

vin

fenu « foin »

feno

fe

fe

fe [ fø ]

fen

pane « pain »

pane

pa

p

p > po

pan

manu « main »

mano

ma

m

m > mo

man

finu « fin »

fino

fi

fi

fi

fin

romanu « romain »

romano

romá

rm

rm > rmó

roman
(sant-roman)

bŏnu « bon »

bòno

bòn

Le suffixe diminutif ON est donc Ó : besson [ bø'su ] « jumeau », peisson [ pøi'su ] « poisson », … On ajoutera d'autres mots qui dans le patois sigolénois n'ont pas N, nòn [ nɔ ] « non », nom [ nu ] « nom », ren [ ʀø ] « rien ».

Pour ce qui est de M, il est généralement conservé sous la forme de la voyelle nasalisée : fum [ f ] « fumée », fam [ fw ] « faim », sòm [ sw ] « sommeil », enclum [ kl ] (masculin) « enclume », pom [ pũ ] (masculin) « pomme », estam [ øi't ] « étain ». rasim « raisin » semble pouvoir être prononcé [ ʀa'ȝĩ ] ou [ ʀa'ȝi ]

N n'est pas instable quand il est issu d'un N double, il est conservé sous la forme d'une nasalisation de la voyelle.

Conservation de N issu de N double, parler sigolénois


R I

R II

R III

R IV

forme écrite

pannu « pan (de chemise) »

panno

pan

pan

pan [ p ]

pan

annu « an »

anno

an

an

an [  ]

an

brennu « son de céréale »

brenno

bren

bren

bren [ bʀ]

bren


N instable devient R au contact d'une consonne

Lorsque N est resté intervocalique jusqu'à tardivement, puis s'est retrouvé devant une consonne, suite à l'effacement d'une voyelle posttonique (cas des proparoxytons tardifs), il est devenu R. Notre parler sigolénois n'en a pas gardé d'exemple, mais nous avons vu précédemment que l'occitan connaît : ümanĭcu > mánego > mánegue > mangue > margue « manche », ümonacu > mónego > mónegue > mongue > morgue « moine », ücanapu > cánebo > cánebe > canbe > carbe (ou charbe nord occitan, chanebe dans l'Yssingelais) « chanvre », ümentĭonĭca > mentsónega > mentsorga > mensorga > messorga (ou ümentĭonĭca > mentsonga > mensonga > messonga / messonja) « mensonge ». On citera également des noms de lieux formés avec le suffixe anĭcus : valerargues « vallérargues » (Gard), oliargues « olliergues » (Puy-de-dôme).



Las leis d’amor, ouvrage du 14°siècle, établi par la première académie non latine d’occident, organisait une tentative de régulation de la langue d’oc, en précisant ce qui relevait du bon usage.

Lengatges qu’es per estranh pres
A nostra leys non es sosmes ;
(...)
Aytal estranha parladura
Coma Frances, Norman, Picart,
Breto, Flamenc, Englés, Lombart,
Navarr, Espanhol, Alaman,
E de cascu lor quays semblan
Qu’en lor parlar Oc non han prest.
Los autres han en lor arrest
Nostras LEYS ques Oc oz O dizon,
Cum so per so que miels s’avizo
Li peyragorc, e.lh Caerci,
Velayc, Alvernha, Lemozi,
Rozergue, Lotves, Gavalda,
Agenes, Albeges, Tholza ;
Yssamens son de nostras mers
Carcasses, Narbona, Bezers
E tug cil qui lor son sosmes
E Monpeslier e Agades ;
Pero de nostras LEYS s’aluenha
La parladura de Gascuenha.

Tout langage considéré comme étranger
n’est pas soumis à notre loi (règlement);
(…)
Ainsi vont à part tout idiome
comme le Français, le Normand, le Picard
le Breton, le Flamand, l’Anglais, le Lombard,
le Navarre, l’Espagnol, l’Allemand,
Et chacun de ceux qui leur sont similaires
Car dans leur parler ils n’ont pas « Oc »
Les autres ont pour règle 
Nos lois, s’ils disent « Oc » ou « O »
Comme le font, comme on peut le voir,
Le Périgord, et le Quercy
Le Velay, l’Auvergne, le Limousin
Le Rouergue, le Lodévois, le Gévaudan
L’Agenais, l’Albigeois, le Toulousain ;
Sont également de notre domaine
le Carcassois, Narbonne, Béziers
E tous ceux qui leur sont rattachés
Et Montpellier et pays d’Agde
Cependant, reste en marge de nos lois
L’idiome de Gascogne



Paja seguenta




Auteur: Didier Grange - 2014- modifié- 2016

Parler de Sainte-Sigolène

Le roman

Alphabet étendu

Quelques notions de phonétique articulatoire

Le système vocalique du roman occidental

L’accentuation romane

Sonorisation des consonnes intervocaliques sourdes

Palatalisation de C et de G devant E et I (première palatalisation)

Effacement des voyelles finales E et O

Effacement des voyelles posstoniques

Evolution de V latin

Affaiblissement de B intervocalique

Affaiblissement de D intervocalique

Affaiblissement de DH intervocalique

Affaiblissement de G intervocalique

Effacement de N instable en fin de mot

Conservation de AU primitif

La diphtongaison de È et de Ò en roman I

La diphtongaison de E et de O en roman II

Le groupe CT est devenu YT

La diphtongaison de È et de Ò en roman III

Formation de U antérieur, fermeture de O ( Ụ )

Introduction des mots savants

Disparition du système de cas

Le système vocalique sigolénois

Séparation de A antérieur et de A postérieur

La palatalisation moderne

E peut être prononcé I

Simplification des triphtongues

La prononciation proclitique

Les mots brefs

Effacement de S

Effacement de L

Effacement des consonnes finales

Consonantification des voyelles

Déplacement d'accent

Le suffixe ÈIR/ÈIRA

Le suffixe AOR devenu ÒUR

Palatalisation de GL

E devant R

L'interdiction

La négation

La restriction

L'action répétée

Les articles

Les pronoms

Les articles et pronoms démonstratifs

Les adjectifs et pronoms possessifs

Les adjectifs numéraux

Le sujet indéfini

Le présent simple

Le présent composé

Le passé simple

L'imparfait

Le futur simple

Le conditionnel

Le subjonctif

L'impératif

Conjugaison de Èsser

Conjugaison de Aver

Conjugaison de Faire


Marraire
Tèrras occitanas de Velai e Vivarés
Çais sètz benvengut.
Dijòus 19 d'octòbre de 2017
nòva oras e dètz-a-nòu
A Prepaus | Mapa | Letra Marraire |
Crotz