Un cònte de Chalendas

I a quauques ans d’aquò

« Aqueste an d’aquí, l’ivèrn seguèt terrible. Eriam a la fin de novembre, la nièu arribèt après una setmana de gialadas. Delh nòrd, se vesiá amalonar de borrassas ; e la blancha davalada de las moscias comencèt.
En mais d’una nuèit, tota la plana seguèt acatada.
Las bòrias, soletas dinc lur cort carrada, darrièr lur cortinas d’abres nauts blanchinats de freid, semblàvan s’endurmir sotz aquela matada de moussa espessa e leugièra.
Ai-ara, pas un brut traversava la plana santz movament. I aviá mas los gralhs, per bandas, que dessinàvan coma de ribants dinc lo cial, cherchant inutilament lur vida, e que tombàvan tot ensem sobre los champs blanchinats e que conhàvan la nièu ambé lur bècs bèls.
S’ausisiá mas la colada vaga e continuala d’aquesta sira que totjorn tombava.
Aquò durèt franc bien v-uèit jorns, puèis l’avalancha s’arrestèt. Aquí la tèrra aviá un mantèl de cinc pès d’espessor.
Puèis, pendent tres setmanas, un cial — clar com un cristal blu dinc la jornada, e la nuèit tot semanat d’estialas qu’òm auriá podut creire faitas de gibre tant l’espaci large èra rigorós — s’espandiguèt sobre lo lençòl unit, dur e lusissent de la nièu.
La plana, las boissonadas, los òumes daus parets, tot semblava mòrt, tuat per la freidura. Pas mais los òmes que las bèstias sortian : la vida esconduda sotz los cubèrt enchamisats de blanc, se devinava per los fials de fum de las chaminèias que montàvan tot dreit dinc l’aire glacial.
Descús còps, s’ausissiá los abres petar coma si lur membres se seguèssan cassats sotz la róscia ; e, de còps que i a, una gròssa brancha se desatachava e se tombava, la saba e los fials delh boèsc virats en pèira per l’inveseble gialada. »

d’après G. Maupassant, Conte de Noël.

Una nuèit, pas bien freida per tot dire, la sira venguèt tant lorda que d’abres dinc las forests tombèran : mais d’un se botèron en travèrs de la rota. Las lenhas eleitricas, lo telefòn seguèron copats. Lendeman, la burla se levèt e bofèt encara quatre jorns. Lo monde sortian pus. Mangèron e s’assapèron un bon pauc per çò qué chaliá pas laissar pèrdre çò que damorava dinc los congeladors (ad aquesta eipòca, i aviá pas gaire de monde que tenian un “grope eleitrogèn” a sa bòria ; an-uèi quò’s pas parièr : tot lo monde en ant un, mès sira pas coma d’autres còps). Quand d’una ora l’autra, la burla copava son bofa, traçàvan la chalada dusc’a la bòria vesina per avèir un paucheton de solaç, o per eschamjar quaucas nurrituras per variar los menús. Mèsmas, botèron lo peisson congialat dinc la nièu la mais freida, èlh nòrd, per que se gardèsse.
Pasmins, lo jorn de d’avants la nuèit de Chalendas, lo temps seguèt ensolelhat, los chassa-nièu avian badat las conhèiras e los abres sobre la rota seguèron tronçonats.

Jauselon èra de la mena daus chalòts endurcits, de çò ques elh ne’n disiá, mès sabian ben , èlh vilatge, qu’aviá pas chausit. Demorava dinc un endreit sauvatjós amé sa maire velha, una veva que dinc sa vida, aviá mas aqueste garçon a amar amais quaucas polas a sonhar. Ne’n tirava quaucos sòls que bailava èlh “ banquièr ” que teniá la permanença delh Credit un còp la quinzenada dins la rèire-sala de vas la Mauriceta, la patrona delh cafè Lo Temps Passé èlh meitan delh vilatge. As ela, la charn “sobregialada” li conveniá pas gaire. E puèis, disiá que se podiá pas gaire mais afiar ambé lo peisson conservat dinc la sira amalonada elh nòrd, as-arrièrs son estau. Çò que li agradariá per Chalendas, aquò seriá una dinda. De fat d’aquò, aviá pro ganhat de ponhts per ne’n aveir i-una, a gratís, èlh supermarchat de vas Agulha.
Adoncas, seguèt decidat que Jauselon davalariá vas Lo Puèi per anar quèrre aquela dinda.
Jauselon èra pus lièu content de sòrtre de son caire, de veire de monde, de sonhar passar las joinas filhas que ne’n aviá quàisi eissublat lur vanc, lur reires… Amont-de-naut, la plana blancha s’èra quasiment arrestada de viure. Lo país paressiá coma acatat delh drap de la mòrt dinc lo chancèl.
S’aprestava a montar dins son autò ; sa maire sortiguèt de sa cusina per li demandar un servici. — Dija me mon Jauselon, coma i a pus de leitricitat, la crecha, aqueste an, será pas esclarada a meianuèit. Me podriàs pas botar un quiconet amé na pila ?
Lo garçon se pensèt que sa maire chausissiá pas lo bòn moment per li demandar una chausa qu’auriá podut se faire los jorns de davants, quand i aviá pas grand veià a besonhar e li diguèt pas dos còps.
La maire, mancada, s’enanèt veire los nisals dinc l’estable.
Jauselon que voliá pas passar per mais chin ques èra, anèt dinc son trabalhador e montèt un sistèma per atubar una petiòta lampa de pòcha ambé un relòtge reglat sobre meianuèit. Lo pausèt tot prèst dinc la crecha e s’enanèt vas Lo Puèi.
La vila èra esluminada, joiosa e la gafònha de las charrèiras arribava pas a la botar trista. De pertot lo monde sorissian, sobretot los marchands. Los magasins èran ‘na veritabla fadariá. Amais los cafès, ont lo Jauselon s’èra botat en ribòta. I aviá encara un arrestador, lo darrièr, aquí, a la cima de la montada de Taulhac ; los patrons sortian delh mesme caire ques elh. S’i retardèt que l’endreit èra chaud e los amics chalorós.
Mès, quo-èra l’ora, e bien l’ora de s’acampar. De fat d’aquò, los ús e los autres s’èran amassats desempuèis un moment.
La burla s’èra tornar levada sobre la plana de Costaros ; bofava en travèrs de la rota ; las conhièiras se formàvan.
Amé son autò, s’avançava tot belament en sègre los bastons de vèrnhe que los obrièrs delh despartament avian plantats, a l’endarrièr. Costaros èra passat dempuèis una oreta. Chaliá quitar la nacionala e prendre la despartamentala que lo deviá aduèire vas son vilatge. Per moments, la burla s’achabava de bofar. Alòrs, Jauselon anava un pauc mais viste.
Tot am un còp — veniá juste de traversar una conhièira — veiguèt pas lo besal lo lonc de la rota : l’autò s’i empaitèt ambé na fòrta secoduda. Pas la pena d’essaiar de sòrtre d’aquí lo veïcule : chaudriá far venir un tractuer.
Èra pas bien lònh de sa bòria. Decidèt de contunhar d’a pès. Dètz minutas passèron, la burla se levèt tornar. Dieuguèt lutar contra aqueste vent de mòrt. Tot desanat, se botèt contra un pin per se garantir un tant si pèc de l’aure nèire. Las aurelhas li coesian. Tot per un còp, se prenguèt de pavor, se sentiguèt perdut, tot solet dinc lo monde escur de la plana : dengús passariá aquesta nuèit, per lo segur… Sabiá pus ont èra. Alòrs, de son idèia, surament anava morir tege gialat com un fòure, e regretava de pas aveir fat lo poton a sa maire davants de s’aveir podut accordar ambé z-ela. Se botèt a plurar douçament.
End aquelh moment, la burla perdiguèt de sa vigor : pas bien lònh d’aquí, dinc la nuèit silenciosa, veiguèt quicòm que lusissiá. Se botèt bien plantat sobre sas doas chambas, puèis comencèt de s’arrancar delh lum. Mais d’un còp lo perdiguèt de vista e mais d’un còp l’aperceguèt tornar. En s’assarrar, reconeissiguèt la fenèstra delh salon de d-ont, per còps, s’atubava l’estiala de Nasarèt :
« Es meianuèit. Jesus sauvaire z-es naiçut. »
Jauselon se saquèt per la cusina. Sa maire aviá pas espeitat après sa dinda delh supermarchat ; un vesin li ne’n aviá bailada la meitat de i-una descongelada… L’odor delh forn èra douça coma un petiòt repròche e un vrai perdon.
« — E ben mon garçon, am’ aqueste temps, èi cregut que seriàs damorat vas ta tanta delh cafè delh Velai ; aquos auriá estat mais prudent. Mès ? òm diriá qu’às plurat ?
—Que non, Màma, aquo-ei mas lo freid. Quò’s pas rès. Anètz, aquòs es Chalendas, Màma ! »

H. Quesnel-Chalelh

Un conte de Noël

Il y a quelques temps de cela

« L'hiver, cette année-là, fut terrible. Dès la fin de novembre, les neiges arrivèrent après une semaine de gelées. On voyait de loin les gros nuages venir du nord ; et la blanche descente des flocons commença.
En une nuit, toute la plaine fut ensevelie. 
Les fermes, isolées dans leurs cours carrées, derrière leurs rideaux de grands arbres poudrés de frimas, semblaient s'endormir sous l'accumulation de cette mousse épaisse et légère. 
Aucun bruit ne traversait plus la campagne immobile. Seuls les corbeaux, par bandes, décrivaient de longs festons dans le ciel, cherchant leur vie inutilement, s'abattant tous ensemble sur les champs livides et piquant la neige de leurs grands becs. 
On n'entendait rien que le glissement vague et continu de cette poussière tombant toujours. 
Cela dura huit jours pleins, puis l'avalanche s'arrêta. La terre avait sur le dos un manteau épais de cinq pieds. 
Et, pendant trois semaines ensuite, un ciel clair, comme un cristal bleu le jour, et, la nuit, tout semé d'étoiles qu'on aurait crues de givre, tant le vaste espace était rigoureux, s'étendit sur la nappe unie, dure et luisante des neiges. 
La plaine, les haies, les ormes des clôtures, tout semblait mort, tué par le froid. Ni hommes ni bêtes ne sortaient plus : seules les cheminées des chaumières en chemise blanche révélaient la vie cachée, par les minces filets de fumée qui montaient droit dans l'air glacial. 
De temps en temps on entendait craquer les arbres, comme si leurs membres de bois se fussent brisés sous l'écorce ; et, parfois, une grosse branche se détachait et tombait, l'invincible gelée pétrifiant la sève et cassant les fibres. »

[Guy de Maupassant, Conte de Noël].


Une nuit, pas très froide à vraie dire, une neige lourde fit tomber des arbres dans les forêts et en travers des routes. Les lignes électriques, le téléphone furent coupés. Le lendeman, la burle se leva et souffla encore quatre jours. Les gens ne sortaient plus. On mangea et l’on se rassasia beaucoup car il fallait ne pas perdre le contenu des congélateurs (à cette époque, il y avait peu de gens qui possédaient un groupe électrogène à la ferme ; ce n’est pas la même chose aujourd’hui : tous en ont un, mais il ne neige plus comme autrefois). Lorsque de temps en temps, la burle cessait, on ouvrait un passage dans la neige jusqu’à la ferme voisine pour une petite conversation, ou pour échanger des denrées et varier les menus. On mit même le poisson à se conserver dans la neige la plus froide.
Enfin, la veille de Noël, il fit de nouveau un temps ensoleillé, les chasse-neige avaient ouvert les congères e les arbres sur la route furent débités.
Jauselon était de la race des célibataires endurcits, à ce qu’il prétendait, mais on savait bien au village qu’il n’avait pas choisi. Il vivait dans un endroit isolé avec sa vieille mère, une veuve qui n’avait plus que lui à s’occuper dans la vie, si ce n’est encore de quelques poules dont elle retirait un petit revenu qu’elle donnait au « banquier » qui s’installait une fois par quinzaine chez la Mauricette qui tenait le café du Temps passé au milieu du village. La viande congelée ne lui convenait pas trop. Et puis, elle prétendait qu’elle ne pouvait guère se fier au poisson conservé dans la neige entassée au nord, derrière sa maison. Ce qu’elle voulait pour Noël, c’était une dinde. D’ailleurs, elle avait gagné assez de points pour en avoir une gratuite au Super-marché d’Aiguilhe.
Elle décida donc que Jauselou irait chercher cette dinde.
Jauselon, était plutôt content de sortir, de voir du monde, de regarder passer les jeunes filles dont il avait presque oublié la démarche, les rires… Là-haut, le plateau blanc s’était presque arrêté de vivre. Le pays paraissait comme couvert du drap de la mort dans le cercueil.
Il s’aprêtait à monter dans sa voiture ; sa mère sortit de sa cuisine pour lui demander un service. — Dis-moi mon Jauselou, comme il n’y a plus de courant, la crèche, cette année, ne sera pas éclairée à minuit. Est-ce que tu ne pourrais pas me mettre quelque chose avec une pile ?
Le fils trouva que sa mère choisissait mal le moment pour lui demander une chose qui aurait pu être réalisée les jours précédents quand il n’y avait pas beaucoup de travail et le lui dit fermement.
Vexée, la maman partit voir les nids à pondre dans l’écurie.
Jauselou qui ne voulait pas se montrer plus chien qu’il ne l’était, alla dans son atelier et fabriqua un système d’allumage sur une petite lampe de poche montée avec une horloge réglée sur minuit. Il le posa tout prêt dans la crèche et partit pour Le Puy.
La ville était illuminée, joyeuse et la boue des rues n’arrivait pas à la rendre triste. On souriait partout, surtout les commerçants. Les magasins étaient une véritable féérie. Les cafés aussi. Et Jauselou s’y était quelque peu attardé. Il y avait encore un petit arrêt, le dernier, là, en haut de Taulhac ; les patrons étaient du pays. Il s’y attarde, l’atmosphère est chaude, les amis chaleureux.
Mais il est temps de rentrer. D’ailleurs, les uns et les autres sont déjà retournés à la maison.
De nouveau la burle s’est levée qui, sur la plaine de Costaros, souffle la neige en travers de la route. Les congères se formaient. Les phares n’éclairent plus grand chose.
Dans son auto, il avançait doucement en se guidant sur les bâtons de verne plantés en automne par les employés de la DDE. Costaros était passé depuis assez longtemps. Il fallait quitter la nationale et prendre la départementale qui allait le conduire à son village. Mais là, plus de vergne. De temps à autre la burle s’arrêtait. Il roulait alors plus rapidement.
Tout à coup, il ne vit pas le fossé : la voiture s’y arrêta brusquement. Inutile de tenter de sortir le véhicule de là : il faudrait un tracteur.
Il n’était pas bien loin de chez lui. Il décida de continuer à pied. Au bout de dix minutes, la burle de nouveau se lèva. Il dut lutter contre ce vent mortel. Épuisé, il s’arrêta contre un pin pour se protéger un peu du vent noir. Les oreilles lui cuisaient. Tout d’un coup, il prend peur, il se sent perdu, seul au monde sombre du plateau : personne ne passera par là cette nuit, c’est sûr… Il ne savait plus bien où il était. Alors, persuadé qu’il va mourir raide, gelé comme du linge, il regrette de n’avoir pas pu embrassé sa mère et de n’avoir pu se réconcilier avec elle. Il se mit à pleurer doucement.
À ce moment-là, la burle perd de sa force : à peu de distance de là, dans la nuit silencieuse, il voit briller quelque chose. Il se met debout et marche. De temps en temps, il perd cette lueur, mais la retrouve aussitôt. S’approchant, il reconnaît alors la fenêtre du salon derrière laquelle par intermitance, s’allume l’étoile de Nazareth.
« Il est minuit. Jésus sauveur est né.»
Il entre par la cuisine. Sa mère n’a pas attendu la dinde du supermarché, un voisin lui en a amenée la moitié d’une décongelée. L’odeur du four est douce comme un petit reproche et un vrai pardon.
—Eh bien mon garçon, avec ce temps, j’ai cru que tu serais resté chez ta tante au café du Velay. Ç’aurait été plus prudent. Mais ? on dirait que tu as pleuré ?
—Non Maman, c’est le froid. Ce n’est rien. Joyeux Noël, Maman ! »

H. Quesnel-Chalelh

Velai occidental
ococ frfr
Marraire
Tèrras occitanas de Velai e Vivarés
Çais sètz benvengut.
Dissąbte 24 de junh de 2017
sčis oras manca vint-a-sčis
A Prepaus | Mapa | Letra Marraire |
Crotz