La nuèit dau maquisard.

La nuit du maquisard .

Micheal Beal, Ès Late (Brossetas), janvièr de 2007

Michel Beal, Lapte (Brossettes), janvier 2007

Vos vòle contar una veaa que i a de temps que s’es passaa ès Montregard en 1943 o 1944, dau latz dès “Las Còts”. Èro pas gaire bèl mas me’n sovento coma si aquò èra ièr. Coujavo en un lèit-placard en la cusina a randa la pòrta d’entraa, sus una coucera de fòlhas de fau qu’aviam amassaas bian sechaas l’an davant au “boès de Mezent”. En aquele lèit èram bian chaudets mas i chaliá pas repitar de tròp que las fòlhas fasián un trafic de tots los diables.

Mas basta, adoncas una nuèit seguèro esvelhat per quauqu’un que barrontava a la pòrta. Sautèro de ma couja, tot esfaurit rapiguèro de briu l’eschalièr de la chambra d’ennaut per sonar lo paire, mas o aviá mai auvit que davalava a pan. L’autre barrontava totjorn mèlhs que jamai, a faire branlar la pòrta qu’anava pas tenir bian de temps. Lo paire faguèt sautar l’espinta per badar, ieu m’escondió dès darrièr en li tenent lo pan de chamisa, ne’n menavo pas large. Un òme que passava pasneus sos la pòrta que d’un pauc mais se fasiá petar la tèsta sus lo fronton, se saquèt, avisèt tant-si-pèt la cusina puèis diguèt : « Je suis de La Résistance et je n’ai pas mangé depuis deux jours. » Èra mèlhs bèl que nòstre vesin “lo grand Guste”, una barba de ‘na setmana, lo fusil à l’espanla, de l’autre latz una museta e una centura de balas

Per lo faire manjar lo paire badèt lo tirant de la taula, sortiguèt un quart de jambon, la rèsta d’un fromatge, la paneta de pan nièr per mèita. Mas lo grand aviá mais vegut los tres saucissons que pendolavan, ne’n demandèt un. Lo paire qu’èra pas bian bèl e totjorn a pan, vouguèt pas montar sus una sèla per lo descrochar, li bailèt lo coutèl. L’autre qu’aviá gaire besunh de ‘na sèla arrapèt lo mèlhs gròs e i botèt pas dos còps per lo davalar. Recuolèro d’un pas, aube un coutèl en las mans, me fasiá paora. Mas l’òme s’assetèt pas per manjar, badèt sa museta e i botèt lo pan, lo fromatge, lo saucisson amai lo jambon. Lo paire ne’n tombèt blanc mas « pipèt » pas. Lo barbut z-o diguèt: « Je suis pressé nous devons être au Tracol avant midi. Pouvez-vous m’indiquer le plus court chemin ? ». Sortiguèt una carta de sa pòcha e la despaquetèt sus la taula. Quand lo paire li aguèt fat veire, l’òme li sarrèt la man en li fasent : « Merci Monsieur je vous laisse finir votre nuit. ». Lo paire respondèt pas e lo seguèt vès la pòrta. En sortent nòstre estafièr s’ensonhèt de se pas assomar, afòra fiulèt dos còps e ne’n sortiguèt de tots los latz, èran benliau-ben una cinquantena. Sarravo fòrt lo pan de chamisa dau paire que recuolèt. L’òme li diguèt : « N’ayez pas peur ce sont mes compagnons de maquis ! » Tot aquele monde passèran lo caire de la maison e s’esfoncèran en la nuèit. Te menavan un rafut ! Te seriás cregut ès Tença sus la plaça daus veaus un jorn de fèira. Mas fasiá pas chaud que nos tornèram sacar.

La maire apeitava dins la cusina pingaa davant lo tirant restat badat.
- Quau z’aquò èra ?
- Los maquisards.
- O as tot laissat emportar?
- Que poviam faire ? Te planhèsses pas ! l’autre còp vès l’« Henri » an embarcat un vèl.
- Si èro estaa tota sola aurió pas badat.
- Ma paura femna ! auriá fat petar la pòrta, benliau-ben que t’auriá pas demandat que per manjar …
- Te vòles quesar !

La maire revirèt e prenguèt l’eschalièr. Davant que s’anar jaire lo paire me tornèt botar en mon lèit. Eissaièro ben de m’adermir mas m’èra totjorn eivís que quauqu’un anava barrontar, la nuèit seguèt lònja, lònja. Èro pas prèst de l’eissublar.

Je veux vous conter ce qui s’est passé il y a un certain temps à Montregard en 1943 ou 1944 du côté du hameau « Les Côts ». Je n’étais pas bien grand mais je m’en souviens comme si c’était hier. Je couchais dans un lit-placard dans la cuisine près de la porte d’entrée, sur une paillasse de feuilles de fayard que nous avions ramassées bien sèches au bois de « Mezent », à l’automne dernier ? Dans ce lit nous étions bien chauds mais il ne fallait pas trop remuer car les feuilles faisaient un de ces bruits !

Mais revenons au fait, donc une nuit je fus réveillé par quelqu’un qui frappait à la porte. Je sautai de ma paillasse, tout effrayé je montai rapidement l’escalier de la chambre du haut pour appeler mon père mais il avait aussi entendu et descendait en pan de chemise. L’autre frappait toujours de plus belle à faire céder la porte qui n’allait pas tenir bien longtemps. Mon père fit sauter la barre pour ouvrir, moi je me cachais derrière lui en tenant sa chemise, je n’en menais pas large. Un homme qui passait à peine sous la porte faillit se cogner au fronton, il entra, scruta la cuisine puis dit : « Je suis de La Résistance et je n’ai pas mangé depuis deux jours » Il était plus grand que notre voisin le « Grand Guste », une barbe d’une semaine, le fusil à l’épaule, de l’autre côté une musette et une ceinture de balles.

Pour le faire manger mon père ouvrit le tiroir de la table et en sortit le quart d’un jambon, le reste de fromage et une moitié de tourte de pain noir. Mais le grand avait repéré les trois saucissons qui pendaient, il en demanda un. Mon père qui n’était pas très grand et toujours en pan de chemise ne voulut pas monter sur une chaise pour le décrocher, il lui tendit le couteau. L’autre qui n’avait pas besoin de chaise attrapa le plus gros et ne mit pas deux fois pour le descendre. Je reculai d’un pas avec un couteau dans les mains il me faisait peur. Mais l’homme ne s’assit pas pour manger, il ouvrit sa musette et y mit le pain, le fromage ; le saucisson et le jambon. Le père devint blême mais ne dit rien. Le barbu lui dit : « Je suis pressé nous devons être au Tracol avant midi. Pouvez- vous m’indiquer le plus court chemin ? » Il sortit une carte de sa poche et la déplia sur la table, quand mon père lui eut montré, l’homme lui serra la main en lui disant : « Merci Monsieur je vous laisse finir votre nuit » Le père ne répondit pas et le suivit vers la porte. En sortant notre loustic fit attention de ne pas s’assommer et une fois dehors siffla deux fois, il en sortit alors de tous les côtés, ils étaient peut-être bien une cinquantaine ? Je serrais fort la chemise du père qui reculait. L’homme lui dit : « N’ayez pas peur ce sont mes compagnons de maquis ! » Tout ce monde passât l’angle de la maison et s’enfonçât dans la nuit en faisant un de ces raffuts ! On se serait cru à Tence sur la place des veaux un jour de foire. Mais il ne faisait pas chaud et nous rentrâmes.

Ma mère attendait dans la cuisine debout devant le tiroir resté ouvert.
- Qui était-ce ?
- Les maquisards.
- Tu as tout laissé emporter ?
- Que pouvions-nous faire ? Ne te plains pas, l’autre fois chez Henri ils ont emmené un veau.
- Si j’avais été seule je n’aurais pas ouvert.
- Ma pauvre femme il aurait enfoncé la porte et peut-être bien qu’il ne t’aurait pas demandé seulement à manger….
- Veux-tu te taire !

Ma mère se retournât et reprit l’escalier. Avant d’aller se coucher mon père me remit au lit. J’ai bien essayé de m’endormir mais il me semblait toujours que quelqu’un allait frapper, la nuit fut longue, très longue. Je n’étais pas prêt d’oublier.

Velai oriental
ococ frfr
Vocabulari

bčl
grand

esfaurit
espaurit, esglaiat

espinta
barra per barrar una pňrta

pasneus
pas solament

espanla
espatla

se quesar
se calar, parlar pas

Telecharjar (mp3)
Marraire
Tèrras occitanas de Velai e Vivarés
Çais sètz benvengut.
Divčndres 24 de feuričr de 2017
doas oras manca vint-a-učit
A Prepaus | Mapa | Letra Marraire |
Crotz